« Étienne Faure | Sortir, Éloge appuyé des bancs, Changements de saison | Accueil | Samuel Brussell, Alphabet triestin par Angèle Paoli »

03 décembre 2020

Commentaires


Je ne suis pas une grande experte en poésie, mais les quelques poèmes lus de Mireille m’ont emmenée vers des horizons différents d’un roman, pas besoin de 550 pages pour émouvoir.
Mireille ta poésie est musique, elle sait capter nos émotions enfouies dans les profondeurs viscérales où ténèbres et lumière se chevauchent
Avec tes mots, ta poésie rassure nos maux

Merci Merci et bravo également à l’artiste qui illustre tes recueils
Bonne continuation
Odette Romano

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.