« Claude Albarède | [Nouée au chemin par le vent] | Accueil | Jean-Louis Giovannoni | [toujours cette envie de t’ouvrir] »

29 novembre 2013

Commentaires

Ce pessimisme est audacieux; et c'est beau : écouter, écrire la prononciation d'une émotion qui vient à notre rencontre lorsqu'on soulève masques et certitudes; questionner, en trouble-fête, ce qui nous semble "la faulx" dans le Vrai.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.