« António Ramos Rosa | [Il y a une terre qui halète dans la gorge] | Accueil | Geneviève Bertrand | [L’araignée règne sur l’enfance] »

04 octobre 2013

Commentaires

Ne sommes nous pas tous, à différents niveaux, étranges dans une ville étrange ?
(Pour ne pas dire étrangers...)

beau texte (Lampedusa pas loin)...

L'étrangeté ne tient pas dans l'étrange mais dans l'ordinaire.

Brigitte, quel beau texte ! (et la musique qui en fait battre le coeur)

Oui tout devient étrange dans ce monde, comme si nous en avions perdu le code des serrures.

" Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude.
Je m'invente aujourd'hui des chemins de traverse. Je ne suis plus de chez vous.
... "
Léo Ferré
LA SOLITUDE

Amicizia
Guidu____________

quelle.. justesse..

oh plaisir de passer ce soir et de vous lire
MERCI

Merci pour ce beau texte.
Ma mère est Corse de Piedicorte di Gaggio.


Merci à Brigitte, merci à tous. Coïncidence : je remarque que l'exposition Roma Pasolini|La Rome de Pasolini démarre le 16 octobre à la Cinémathèque française. Je ne le savais pas quand j'ai écrit mon texte. Et pourtant Pasolini était bien présent dans ma tête ces jours-là. Et c'est bien dans la "Rome de Pasolini" que je me suis trouvée/retrouvée.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.