« 27 septembre 2011 | Alexandre Hollan, Carnets | Accueil | Bernard Vargaftig | [L’avènement s’éparpille] »

29 septembre 2013

Commentaires


Ces paroles d'une grande finesse intuitive viennent après le regard posé sur cette toile du Caravage. Cette écriture peut être interrogée à son tour qui donne à Mathieu Riboulet de parler au-delà de l'émotion artistique de son désir, de la mémoire de fugitives délices. Elle n'ignore rien de la cruauté de la passion, de ce qui dissout la frontière entre la douleur et le plaisir. Peinture et texte trempent dans la beauté brûlante d'un miracle amoureux.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.