« Yannis Ritsos | Oἱ κάμαϱες βάθυναν πολύ | Accueil | Edoardo Sanguineti, Corollaire par Marie Fabre »

04 juillet 2013

Commentaires

Comme c'est beau, quand la parole ne se paye pas de mots ! Merci

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.