https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Jean-Louis Giovannoni, Issue de retour par Angèle Paoli - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
____ Index de mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Alexandru Mușina | Dimineața | Accueil | 1er juillet 1876 | Mort de Mikhaïl Bakounine »

Commentaires


Quel vertige dans ce livre cerné par l'absence, où tout commence ailleurs, où les mots cherchent à atteindre leur envers. Rien ne commence où tout s'achève, sauf peut-être... en poésie... La lecture d'Angèle Paoli se glisse dans l'écriture de Jean-Louis Giovannoni comme une fine lame pour trouver le chemin de la pensée solitaire du poète. Elle écrit comme en réponse d'un appel.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.