« Marilyse Leroux | [Une goutte est la mer] | Accueil | Alejandra Pizarnik | Presencia de sombra »

23 mars 2013

Commentaires


Pas de limites dans cette écriture poétique. Il semble désinvolte quand, seulement, les mots font des pirouettes dans sa faim d'écrire, frémissants. Chaque instant vécu entraîne cette nomination de la mer et de l'amour et ces sons chargés d'exultation. Poème épanoui pour devenir tel en le lisant. Cela danse et éclabousse. Cela rend heureux. C'est l'écriture du désir, de la jouissance, de l'aventure amoureuse devenue métamorphose de nymphe. La mer devient cérémonie... et invention de l'autre. Exquis...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.