« Ludovic Degroote, Monologue par Jean-Louis Giovannoni | Accueil | Muriel Stuckel | [Ce n’est pas tant] »

15 mars 2013

Commentaires


Des Nus féminins de Marcel Gromaire (1892–1971) un diaporama
Amicizia
Guidu ___



Poème sauvage et beau, comme une vie troublée, illogique, sublimant le message d'amour dans une langue inhabituelle. Voué à la voracité des insectes, ce souvenir se meut dans leur sable carnassier.
Benjamin Péret, à force de fracasser la langue jusqu'à l'endormissement de la raison, a délivré une poésie pure, proche du sortilège, sublime, bouleversante.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.