« Giorgio Agamben | Idée du langage I | Accueil | Dominique Sampiero | Nos lèvres et leurs baisers »

05 février 2013

Commentaires


Le temps... qui sépare et réunit, matière de rien aussi étrange que le langage. Les deux ne contiennent rien mais révèlent. On ne sait ni pour l'un ni pour l'autre quand et comment ils sont nés. Quel miracle cette bouche, qui un jour libéra de la parole et... du silence. Signes écrits, paroles tues. Blanc de la page, silence du cœur. Et le temps passe qui ne passe pas pour nous passagers si peu sages entre un je et un tu... Bernard Noël se sert des mots pour faire surgir - dans l'oubli du temps - l'intimité comme une empreinte de douceur. C'est sa façon à lui d'aller vers le réel... interminable.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.