« Laurence Werner David, À la surface de l’été | Accueil | 10 février 2013 | Antonella Anedda, Senza nome. Sartiglia »

09 février 2013

Commentaires


J'imagine Natsumé Sôseki, immobile, assis au bord de l'étang, disponible, accueillant le monde qui s'offre à son regard. C'est quelque chose de tellement ordinaire, en apparence, la chute d'un pétale de camélia. Mais tombe un deuxième, puis la fleur entière, épousant un rythme pendulaire qui s'accentue dans une sidérante métamorphose, teintant de rouge l'eau fanée. Une sorte de vertige silencieux, insidieux, s'empare du poète, le saisit dans ce temps flottant et le voici méditant sur la fragilité des êtres et des choses. Les éphémères camélias deviennent boue, puis terre effaçant l'eau limpide de l'étang et Nami, l'aimée, flotte comme Ophélie à la lisière du monde des songes. Une profonde mélancolie capture les pensées du poète qui laisse le temps, lentement, faire son œuvre de mort...



Bonjour,
juste une question sur la musique qui accompagne le blog, serait-il possible d'avoir le nom de l'artiste et le titre de la chanson/album ?

(je decouvre juste le blog, mais j aime bien).


Réponse du webmestre : penser à regarder la colonne de droite, en dessous "Extrait musical du jour".



mille mercis

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.