« Thαumα, «La Patience» par Sylvie Fabre G. | Accueil | Monchoachi | Le mage »

18 janvier 2013

Commentaires


« Il neige parfois des fleurs aux portes du printemps ».
« L'amande du rêve ne résiste au vide que par l'espérance des fleurs à venir ».
Marie Ginet, Souffles Nomades, Editions l'Agitée.
Elle égrène et sème sa parole sur les terres de notre imaginaire.




L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.