« Olivier Larronde | Vendange | Accueil | Hélène Sanguinetti, Et voici la chanson »

14 décembre 2012

Commentaires


Quel charme subtil a ce numéro 52 de la Revue NU(e) - Enfances... (collection Jokari). Ces impressions fragiles revenues de l'enfance enfouie, éphémère... Un texte provisoire... énigme...
Une sorte de fil relie tous les poèmes. Des petites bêtes sautent de page en page dont les enfants sont les complices et trouvent des issues imprévues. Et caracolent les mots, l'enfant en eux est hors d'atteinte comme s'il n'avait jamais été et les mots tirent de l'oubli cet imprévisible lointain, ce qui était perdu. Et ce n'est pas de la mémoire, juste une fêlure où glisser l’œil ou la main d'encre. Jubilation. Innocence obscure. Béance du livre déplié sur ses silences clandestins...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.