« Blandine Merle, Par obole par Isabelle Raviolo | Accueil | Bernard Mazo | Dans la fracture du silence »

18 août 2012

Commentaires


Un poème comme on a envie de lire l'ombre vaincue. Magnifique...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.