« 17 juillet | Enrique Vila-Matas, Bartleby et compagnie | Accueil | 19 juillet 1957 | Mort de Curzio Malaparte »

18 juillet 2012

Commentaires

Des poèmes qui sédimentent du temps. Une trace de lumière dans l'encre noire : fragilité de l'impermanence de toute vie. Quel mystère que cet échange silencieux qui se poursuit alors que Bernard Mazo est... en retrait... détaché... Comme une flamme voilée où brûle un secret.


Bernard Mazo était un grand poète, un de ceux qui savent aller à l'essentiel, avec sobriété, dans la simplicité de mots justes et forts, et le rythme de la vie.
Nous regrettons l'homme, amical et chaleureux,mais il nous reste le poète, à lire et à relire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.