« 7 juillet 1807 | Signature du traité de Tilsit | Accueil | James Sacré | Dans le format de la page »

08 juillet 2012

Commentaires


De la couleur, de la couleur. Parlez-moi de la couleur ! Et là cette fine notation : "La botte de navets ! un violet transparent qui passe au blanc autour des tiges vertes. Et les asperges : autre vert qui n’est pas celui des olives, proche pourtant...". Ah, quelle jouissance à venir que ce livre ! Elle est peintre et femme mais avant tout peintre. Le neutre. Le métier. Transcender l'opposition homme-femme face à l’œuvre. D'abord la toile. Plus tard, découvrir ses batailles, son courage, son sexe.
Et les toiles vues à Paris en juin, ça tient aux yeux. Du solide, de la belle ouvrage. J'aime particulièrement cette Judith et sa servante. Superbe mouvement. Et cette lumière, ces ombres dans les plis du vêtement. Ce fond noir si juste.
Catherine Weinzaepflen... une écriture exigeante. Oui, ça va être une bonne lecture.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.