« Jean-Pierre Duprey | [Que cherchent les regards] | Accueil | 29 juin | Julien Gracq, Un beau ténébreux »

28 juin 2012

Commentaires


Ces Promenades où Rousseau laissa venir aux mots tant de vérité, d'affectivité ; ce qui bouleversera le conformisme de l'époque et le rejet de ses livres. L'incompréhension de sa tentative de s'y dire intimement l'obligea à une retraite mélancolique, loin des hommes. S'isoler et en même temps assumer son lien au monde par l'écriture, témoigner. Il y affronta les monstres des philosophes : l'enfance, le corps, la sensualité.
Échec apparent.
Aujourd'hui la modernité de son écriture est reconnue.
Éternelle impasse du retour à soi, exploration tâtonnante de la conscience en proie au temps. L'inconscient devait être confessé et déclaré. Il l'a écrit, au fil de ses marches, avant de savoir ce qu'il avait à dire. Une écriture transgressant l'interdit de tout dévoiler.
Dans Le Contrat social (troisième livre, chapitre 12), il ose découvrir son rapport à la norme:
"Les bornes du possible dans les choses morales sont moins étroites que nous ne pensons : ce sont nos faiblesses, nos vices, nos préjugés qui les rétrécissent."
Un très grand philosophe en avance sur son temps...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.