« Brigitte Gyr | [une frontière se tisse de non-dits] | Accueil | Sophie Loizeau | [L’œil persiste aux lisières] »

18 juin 2012

Commentaires


C'est beau cette mémoire. Il n'est pas oublié...
Pourtant ses toiles sont si petites, fragiles, pauvres, simples. De la peinture, un acte de peinture. Elles ont une âme de lumière, rayonnent, vibrent dans les blancs posés sur les bruns taiseux des objets peints si parfaitement anodins, voire inutiles. Il faut beaucoup de pureté pour entrer dans leur silence, Jaccottet l'a fait et vous qui le citez, aussi.
La lumière qui émane de ces toiles semble faire lien avec ces vers de Dante mais aussi les grands peintres toscans. Je pense à Giotto et pas seulement. Contemplation...
Merci.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.