« Anise Koltz | [Gémeau] | Accueil | Claude Michel Cluny | jour et nuit »

14 juin 2012

Commentaires

J'ai traversé, un jour, ces terres et suivi ce rivage. ce qui est évoqué dans ce très beau texte par Mary Ann Elisa Campbell est très juste. Ces tours carrées, ces vieux murs et la mer sauvage qui bat inlassablement les rochers, ces chemins disparaissant dans le maquis odorant font du promeneur un être de mémoire, même s'il n'est pas corse. Il suffit alors de croiser le regard des habitants farouche, fier et doux pour sentir la transmission d'une Histoire souvent méconnue. Le livre passionnant, Les Romans de la Corse - écrit par Angèle et Paul-François Paoli et paru le 7/06/2012 aux éditions du Rocher - permet d'explorer ces paysages, ces terres et ces rivages,cette Histoire, autrement. Cette île est un mystère, une belle mémoire méconnue. Parfois, écoutant les hommes la chanter avec ces polyphonies sombres, j'entends la forteresse, les pressoirs et le vent dans les oliviers. J'entends aussi la mer et les flammes de l'âtre. Sortilège... Kallisté...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.