https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Didier Champion | La rumeur des jours - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
____ Index de mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« 8 mai 1880 | Mort de Gustave Flaubert | Accueil | Marie Ferranti, Une haine de Corse »

Commentaires


Ne pas restreindre le monde à ce que l'on connaît, en suivre les ombres, les reflets. Énigme de l'entre-deux des lumières et des ombres. Contemplation. Monde flottant.
J'aime cette vacuité, comme détachée du présent, cette volonté de non-agir.
Suspendre le temps, les mouvements et lire lentement ce poème délicat. Accepter sa légèreté, son indécision, son dé-saisir. S'y dissoudre.
Traces de mots, presque silence... vide.
Âme de lumière de Didier Champion.



Magnifique disponibilité.
Dans l'autre poème mis en lien, ces vers, superbes :
"Le vent chante le hasard de l'air à ma poitrine
et à mon sang
mais l'air tait le hasard du vent à l'herbe"

Merci de le faire connaître.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.