https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Jean-Claude Caër | [Je suis venu ici] - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Miguel Hernández | [Me tiraste un limón] | Accueil | Sabine Péglion | Jacques Bret, Australie, notes croiséespar Cécile Oumhani »

18 avril 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Il marche, il marche et ses pas deviennent les lignes d'une route de mots. Une frontière entre la terre et l'eau le conduisant vers sa filiation, là où la mort touche la vie, là où la vie touche les mythes. Une frontière incertaine où un autre monde le guette à l'intérieur de sa mémoire. Un monde de légendes qu'il faut nommer pour que les ténèbres se dissipent. Un jour il est parti pour se trouver. D'où est venu ce désir ? Il a rencontré beaucoup de paysages, d'hommes - ceux qui connaissent les secrets d'un monde ignoré -, de bêtes, de rivages. Il a marché sur ces terres froides et soudain ça a surgi. La mue d'un corps à l'autre, désemparé. Le fils devenant père du père, frontière du monde de l'enfance.
C'est un lent travail d'écriture, fragile, solitaire, fugitif, douloureux qui s'enroule comme une incantation autour du père agonisant. Mourir à soi...Un trou dans l'âme... enfance et mort... mort et voyage...



C'est bien cette belle photo en noir et blanc. Neige sur le cimetière de Woodlawn, dans le Bronx, à New York.
C'est bien cette musique de Brad Mehldau puisque dans ce lieu reposent Lionel Hampton, Duke Ellington, Miles Davis.
C'est bien ce lien (éditions Obsidiane) qui me fait approfondir la lecture du poème. Cette route qui s'interrompt devant la tombe de Hermann Melville... Moby Dick... la baleine blanche... des rêves... le fils aussi...
Ici, sur Terres de femmes, les images apprennent au lecteur à relire... à relire encore et à lentement suivre les mots des poètes...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.