https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Jacques Estager | [il y a des ombres…] - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 21 avril 1888 | Pierre Louÿs, Mon Journal | Accueil | 23 avril 2009 | Mort de Martine Broda »

22 avril 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


C'est vraiment très étrange ce clair-obscur des mots. Le soleil inutile à la clarté, comme si la nuit enfantait seule la lumière. Le ciel est fermé semble-t-il... Et toutes ces ombres silencieuses qui se nourrissent de la lumière et du noir comme des absences à nous et d'ailleurs... S'éloigner c'est rester.
Éclairer c'est noircir.
La terre est transparente et le ciel est opaque.
Mais qui est ce poète qui joue avec nos yeux en lançant son écriture contre la quille des mots ? Patatras tout dégringole et en plus il s'absente !
Je lis comme un enfant qui apprend l'alphabet. Je change de place les lettres pour lire un seul mot : SEUIL...


.
.. "à la place... ?
Je crois... tout en craignant cela... ?...
Qu'il n'y ait plus que soi-même porté en existence... ?
Soi-même porté à sa lumière personnelle...
Cet "instant de vie" Révélé subrepticement par une ombre projetée mise en ambiance... à l'impromptu ???
Oui, je crois "qu'à la place"... c'est le vivant qui "advient..."



Un grand.
Un enfant.
J'acques.
L'ami, le poète, l'émerveilleur. Veilleur des mots. Mots et merveilles.
Toute sa tremblante manière de lire et d'écrire en même temps.
Enfin le monde se renverse et l'enfant écrit ce qu'il y a d'invisible.
Merci.
SD


Je me joins au concert de louanges, c'est très beau , très mélodieux, c'est vraiment le bruit de l'ombre qui passe sous la porte, et l'imagination qui la suit!
J'en profite pour te saluer chère Angèle...
Emilie

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.