« Marie-Claire Bancquart | [Toi, l’herbe] | Accueil | 10 avril 1958 | Francis Ponge, La figue »

09 avril 2012

Commentaires


Comme ce texte est juste et fin... cette descente dans le "tombeau-auditorium", ce risque du soleil dans ce petit espace préservé du jardin du Petit-Palais (il manque un thé léger sur la table de fer forgé !), ces bribes de savoir qui nous atteignent au fil des conférences et rencontres littéraires, cette foule avide de soleil sur les trottoirs réchauffés de printemps (pas aujourd'hui ! gris et froid !). Un délice de lecture... Merci !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.