https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Pierre Cendors, Les Fragments Solander par Angèle Paoli - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu

« 4 mars 1970 | Jacques Réda, Il s’est mis à neiger | Accueil | Gilles Baudry | N’a de prix… »

05 mars 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Je ne connais pas ces Fragments, mais je suis toujours sous le charme de son roman Engeland, dont l'intrigue se situe à Berlin... "J'avais besoin de voir l'aube se lever sur la mer, de redonner un fond blanc à ma vie", p. 149... "Comment pourrais-je croire à un destin ? J'ai l'impression d'être invisible à la vie.", p. 44... et entre ces mots profonds, toujours cet univers intrigant. Merci pour cette belle note de lecture, chère Angèle.



Je viens de finir Les Fragments. Votre lecture est des plus justes... Pierre Cendors est pour moi la découverte littéraire des ces dernières années. Un univers personnel très dense et une langue très protéiforme. Je me suis laissé envouter.
J'ai retenu aussi cette phrase extraite de L'Homme caché qui, à mon sens, traverse son oeuvre (je viens de finir aussi Adieu à ce qui vient) : "De quelle idée, suis-je la biographie ?". On pourrait rajouter "De quelle cité, suis-je la cartographie ?", tant la question du lieu est essentielle chez Cendors.

Merci pour cette lecture, Angèle.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.