« Pierre Cendors, Les Fragments Solander par Angèle Paoli | Accueil | Samira Negrouche | [Des sillons se creusent] »

13 mars 2012

Commentaires


Repos de l'âme... écriture de silence et cet effleurement du clavier... plénitude...



Brise légère, frisson, esquisse d'un son qui sait combien le silence est musique. Oui, Gilles, c'est la fine pointe de ta sensibilité. Tu enseignais le français au Nord Togo et j'étais professeur de mathématiques.
Mystique en secret : Gilles, j'aimerais retourner à Landévennec.
Merci à l'auteur de ce blog.
Elisabeth.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.