https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Valérie Rouzeau | [Tout s’écaille] - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Pierre-Albert Jourdan, L’Entrée dans le jardin | The entryway into the garden | Accueil | Tahar Djaout | Erg »

24 février 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


L'écriture poétique de Valérie Rouzeau entre dans mes yeux comme une matière sonore chaotique. Etrangement, je suis d'abord submergée par ce charriage de mots-pierres et puis tout s'apaise. La langue se pose, devient perméable. J'entre et j'entends une parole toute simple, toute frissonnante, comme mouillée d'eau lustrale, comme un être qui mettrait au monde la langue et s'en enroberait... C'est très beau.
"...Un flocon grain de grêle grêlon..."


""je n’ai plus de larmes, l’avenir c’est la vie.


l'encre frissonne
jette sur l'instant sa croyance
rêverie partagée aux fuites en avant

l'ultime rayon fracasse les mémoires
grève lente sur un sable insoumis
passagère tremblante des bourrasques de mots
tu t'agites comme un oriflamme à l'horizon des bizarres

""...Des ports de la mémoire….je n’ai plus de larmes, l’avenir c’est la vie. ""

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.