https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Pierre-Albert Jourdan, L’Entrée dans le jardin | The entryway into the garden - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
____ Index de mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Jean-Claude Caër, En route pour Haida Gwaii par Angèle Paoli | Accueil | Valérie Rouzeau | [Tout s’écaille] »

Commentaires

Comme si Pierre-albert Jourdan avait cru posséder la langue... et soudain un grand désert de mots. ça se resserre, se dissout.
Humilité devant le thym en fleurs tout envivé d'abeilles bleues. Expérience de l'absence à soi. Quelque chose d'invisible, d'inattendu dénude les mots, les racle, les lave.
La langue du poète connaît un enfouissement dans la couleur qui perce les illusions d'avoir nommé, d'avoir cerné le territoire des choses par les mots. ça se déchire. ça fait douleur. Ce n'est plus étanche. Immobilité. Peur d'aller, d'ouvrir la porte du silence.
"Bouddha de bois"... aux portes du jardin paisible.
Il y a si longtemps que j'attendais une telle écriture...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.