https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Jean-Louis Giovannoni | Marc Trivier , Ne bouge pas ! - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Tahar Djaout | Erg | Accueil | «C’est pas l’printemps!», le vendredi 9 mars, à Amiens »

26 février 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Cette série de photographies de Marc Trivier, embrumées, semblant sortir de la nuit, trouble les repères ne permettant pas d'identifier les personnages, le lieu. Quelle étrange lumière où affleurent des êtres fantomatiques puis rien, rien que du noir braiseux, si intensément. Des présences suspendues, comme si on évoluait dans un songe, dans une cendre de silence.
Le rapprochement effectué par Angèle Paoli de ces photographies avec l'écriture de Jean-Louis Giovannoni éclaire les deux œuvres. Elle scrute l'une et l'autre, s'interroge pour donner sens à l'invisibilité de ce théâtre d'ombres, entre transparence et opacité, effacement et inscription. Elle crée un passage et nous voici au seuil de l'énigme, invités à démêler l'écheveau des possibles. Images farouches. Mots farouches. Le poète écrit en retrait, par mots-esquisses, mots-cicatrices. Beauté duelle inscrite dans le passage du temps. Brûler les questions comme devant l'ultime photographie ou le dernier mot du poème... osciller entre déchirement et cohésion...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.