« e.e. Cummings | [my lady is an ivory garden] | Accueil | Jean-Philippe Salabreuil | Il a neigé sur de l’aurore »

05 février 2012

Commentaires


Ce beau billet de Jean-Michel Maulpoix, trouvé sur internet, rappelle que Michaux était tout aussi fragile et tourmenté que Vincent La Soudière.
Une grande angoisse existentielle chez ces deux hommes. des écritures de funambule... Une grande beauté si fragile.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.