https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Gérard Titus-Carmel | Oppresse du loin montant - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.





De l’autre côté





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main











Écrivez-moi









Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Alexandre Voisard | Délits | Accueil | Notte di Poghju »

Commentaires

Oh la la ! et en plus, vous écrivez admirablement ! j'étais restée bouleversée très très longtemps au Collège des Bernardins face à vos variations sur la crucifixion du Retable d'Issenheim, laissant passer les vagues de visiteurs jusqu'à ce que ces 160 oeuvres se déclinent en un seul souffle. De la Suite Grünewald à "l'écume défaite sous le ciel toujours semblable" il n'y a qu'un glissement furtif de langue à langue mais même homme tenant le pinceau et la plume "à la lisière de l'invisible". MERCI.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.