« Georg Trakl | [La rosée du printemps] | Accueil | Paul de Brancion, Ma Mor est morte | lecture d’Évelyne Morin (1) »

08 janvier 2012

Commentaires

Un poème stupéfiant!
Bonne Année Angèle, et merci

mille mercis

bise
de claudine

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.