« Rose Ausländer | L’île dérive | Accueil | 4 janvier 1896 | Naissance d’André Masson »

03 janvier 2012

Commentaires


Je ne sais vous dire à quel point je me sens en accord profond avec ce que vous publiez... C'est comme si je rentrais à la maison et que j'étais accueillie par un bouquet dans l'entrée et un feu de bois dans la cheminée.
La beauté des photos si pleinement accordée à celle des poèmes, le choix que l'on sent mûrement réfléchi des textes choisis, que vous dire sinon
MERCI



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.