« Jan Skácel | Je veux l’entendre | Accueil | Henri Deluy, L’Heure dite »

16 décembre 2011

Commentaires


Vous ne pouviez pas mieux, pour parler d'A-M Schwarzenbach, que de poster cette lettre.
Permettez-moi d'ajouter ceci, extrait de La Voie cruelle :

"Kini [le surnom d'Ella Maillart], depuis quelque temps je voulais vous demander : pourquoi vous faites-vous tant de souci à mon sujet? Pourquoi m'avoir emmenée avec vous?

Pourquoi je me fais du souci à votre sujet?... Je ne sais pas. Impossible de dire si c'est parce que je vous aime ou parce que je vous déteste, lorsque je vois des dons comme les vôtres pareillement gaspillés. Je parle des dons: vous n'en êtes pas l'auteur; ils affirment une intelligence plus magnifique que votre actuelle folie. Ne comprenez-vous pas que vous les avez reçus à seule fin de les faire fructifier? Quant à répondre à votre seconde question, à vrai dire je voyage avec vous... parce que je voyage avec vous! Ce n'est qu'après coup que l'on arrange des explications."


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.