« Tomas Tranströmer | Schubertiana, I | Accueil | Laurence Verrey, Vous nommerez le jour »

11 novembre 2011

Commentaires


Quel témoignage rare, vrai, intense ! Irrassasiable besoin de couleur... Interrogation de la ligne... conflits entre des forces de contrôle nées d'un métier sûr, "rigoureux" et celles, fascinantes, de l'inconscient qui exigeaient qu'il cherche en lui, dans "l'aveugle nuit" ces forces intérieures, indépendantes de sa volonté le menant à "l'improvisation". De la ligne à la couleur une tension frôlant la dissolution. Vertige... Vacillant entre "risque" et cohésion. Intensité, transparence. Peintre du silence, sans cesse fragile et comblé, oscillant entre dessin (souvent au pinceau) et emprise, possession, de la couleur, entre abstraction chromatique et figuration jusqu'à ce que quelque chose émerge. Lignes et couleurs se répondent parce qu'il se concentre sur la couleur, sur sa pulsation. Peintre inclassable, indépendant, musicien et poète en permanente mutation. Qui peint la paix dans la fêlure dans l'attente de la lumière jusqu'à la saturation des couleurs. Et là soudain ces lignes d'écriture et cette aquarelle troublante qui nous offrent le combat secret de toute une vie. Emotion.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.