« 12 septembre 1966 | Giuseppe Ungaretti, Dialogo | Accueil | Pierre Dhainaut | Horizons, fontanelles… »

13 septembre 2011

Commentaires


Toutes ces belles poésies amoureuses... Les mots sont les doigts du désir qu'ils éternisent en désir. Vraiment enchanteurs ainsi aquarellés... "Exquise esquisse"...



Je suis impressionné par la force d'évocation de ce poème, « le dormeur », même traduit... Pour cette fois, la poésie d'aujourd'hui ne me semble pas close sur elle-même comme une huître inouvrable, mais ouverte et parfumée comme le calice d'une fleur. Merci pour votre sublime musique de guitare, on voudrait l'écouter sans fin...



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.