« Rosalind Brackenbury | Artists in studios | Accueil | Amina Saïd, Les Saisons d’Aden par Angèle Paoli »

25 septembre 2011

Commentaires

Très beau poème fort et subtil à la fois. J'adoooooore !

Oui, ceux que nous aimons pour toujours nous écoutent, à jamais invisibles cependant...
Laurence Acquaviva

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.