« 8 septembre 1898 | Lettre de Pierre Louÿs à Georges Louis | Accueil | Ida Vitale | La palabra infinito »

09 septembre 2011

Commentaires


Merci pour ce brillant article sur Bruegel. On ne se lasse pas d'admirer ses oeuvres.
Plus près de nous, je me permets de vous signaler deux expositions d'Art Contemporain.

- FRAC de Corse à Corte "LE BEL ETE", du 1er septembre au 30 octobre 2011, qui réunit 17 artistes. [email protected]

- Centre UNA VOLTA de Bastia qui invite Jeanne de Petriconi "Pour Inventaire", à exposer du 15 septembre au 4 novembre 2011.
www.una-volta.org
www.jeannedepetriconi.com/


Bonne soirée.



Je lis le poème de W.H Auden et je ressens la solitude de cette mort. C'est toujours ce qui m'a troublée dans ce tableau. Comment peut-on, après un tel destin, une telle envolée foudroyante, mourir dans l'indifférence générale. Meurt-on seul, définitivement seul ? Ce peintre, trop souvent utilisé pour "décorer" les couloirs des écoles en de pâles reproductions punaisées aux murs suggérant des face à face insipides avec des générations d'enfants dont on tuera la parole en leur posant la sempiternelle question : - Qu'est-ce que tu vois ? Et l'énumération va dissoudre un mystère comme celui de la chute d'Icare. On écrit parce qu'on ne peut pas parler de ce qu'on écrit. On peint pour les mêmes raisons. Ici peintre étonnant, inconnu d'être trop "connu".
Oui, billet splendide et ouverture du mystère...
Je pense aussi à Boutès de Pascal Quignard pour lequel vous avez écrit un billet très fort.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.