« Comme une ancienne peau tombera de Marie-Hélène Archambeaud, par Isabelle Raviolo | Accueil | Jacques Estager | c’est re-moi »

22 juillet 2011

Commentaires


Quelques vers sobres, abstraits, qui donnent toute possibilité au lecteur-spectateur, presque un poème qui se voit.........c'est beau !!! Merci !!!


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.