« Sylvie-E. Saliceti | Les pierres sauvages | Accueil | 16 juillet 1999 | Robert Marteau, Le Temps ordinaire »

16 juillet 2011

Commentaires

En lisant ce superbe poème, réminiscence...

Je me souviens d'un certain jour de Mai
de ces trois coquelicots à demi fanés
posés sur ton coeur dévié
dans ton étroite boîte toute carénée
tu nous quittais déjà absente
dans ton beau tailleur jaune

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.