« 30 juillet 1818 | Naissance d’Emily Jane Brontë | Accueil | Terres de femmes ― Sommaire du mois de juillet 2011 »

31 juillet 2011

Commentaires


Mémoire émouvante en ce bel été. Un homme qui a écrit des livres que j'ai aimés... Voilà si longtemps que je n'ai ouvert Vol de nuit, Pilote de guerre, Terre des hommes, Lettre à un otage, Le Petit Prince, les Carnets, les Cahiers...
Me vient l'envie de poser ici quelques lignes de lui. Et c'est, moi aussi,dans Citadelle que je les ai choisies. Etrange livre inachevé, un peu touffu, 219 chapitres inégaux, écrits avant l'arrivée à New York ce 31 décembre 1940. Le septième que Saint-Exupéry s'était engagé à livrer aux Editions Gallimard. Un livre qui m'a laissé le désir de le relire, un peu au hasard... Souvent emphatique, il réserve des plages apaisées. Ainsi ces lignes du chapitre LVIII dédiées à l'amitié et que je retrouve, intactes, grâce au brin de laine glissé à la page 167 du Folio Gallimard :

"L'ami d'abord c'est celui qui ne juge point (...) celui qui ouvre sa porte au chemineau (...) Et si le chemineau raconte le printemps sur la route, l'ami est celui qui reçoit en lui le printemps. Et s'il raconte l'horreur de la famine dans le village d'où il vient, souffre avec lui de la famine. (...) l'ami dans l'homme c'est la part qui est pour toi et qui ouvre pour toi une porte qu'il n'ouvre peut-être jamais ailleurs. (...) Au-dessus de nos divisions je l'ai trouvé et suis son ami. Et je puis me taire auprès de lui, c'est-à-dire n'en rien craindre pour mes jardins intérieurs et mes montagnes et mes ravins et mes déserts, car il n'y promènera point ses chaussures. (...) L'amitié c'est d'abord la trêve et la grande circulation de l'esprit (...).
Tu rencontreras bien assez de juges de par le monde. S'il s'agit de te pétrir autre et de te durcir, laisse ce travail à tes ennemis. Ils s'en chargeront bien (...). Ton ami est là pour t'accueillir...."

J'aime beaucoup, aussi, le fragment que vous nous offrez, Angèle.



Un superbe billet et un bel hommage rendu à ce grand écrivain. Aujourd'hui, la stèle posée devant l'aéroport de Poretta aura été fleurie comme chaque année... J'aime beaucoup le pionnier de l'aviation, l'aventurier et l'écrivain qu'il était. J'adore bien sûr Le Petit Prince, et Terre des hommes est une sorte de "Bible" dont je lis et relis régulièrement des paragraphes entiers.
Merci pour cette très belle page offerte à vos lecteurs.



J'apprécie ce lien entre deux lieux importants de la vie de Saint-Exupéry (Cap Juby et Poretta) pour montrer que sculpture et plaque ne "disent" plus grand chose, vraiment, à personne... (c'est exagéré de dire cela, bien sûr)

Sauf à les redire, comme ici, en renouvelant nos regards.

Un autre écho : on trouve une évocation des dernières journées de Saint-Exupéry en Corse, en juillet 44, dans le roman de Philippe Forest, Le Siècle des nuages (Gallimard). Je ne l'ai pas sous la main aujourd'hui, je ne peux citer la page précise, mais il est étonnant de voir qu'à cette occasion, l'auteur évoque le fait que son père avait été chagriné de voir que son auteur favori (Saint-Exupéry, donc) était traité d'auteur mineur par l'auteur de l'encyclopédie Bordas, un certain... Roger Caratini !

(Je me souviens moi aussi de ce jugement de Caratini, l'ayant lu dans le volume consacré aux arts et à la littérature, dans le CDI du collège Fesch, à Ajaccio, dans les années 1980. Mais cela ne m'a pas empêché d'aimer l'oeuvre de Saint-Exupéry, même dans les élans aristocratiques et le style souvent grandiloquent de Citadelle. Il a tout de même eu un parcours extraordinaire, avec un courage incroyable, je pense à cette volonté de n'être ni pétainiste ni gaulliste, par exemple, qui lui valut bien des problèmes. Et puis ses derniers mots, ses deux dernières lettres, ont été écrites en Corse, dans le Cap, justement.)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.