« Claudine Bertrand | Chaque seconde cède une joie nouvelle | Accueil | 26 juillet 1804 | Stendhal, Journal »

25 juillet 2011

Commentaires


Ce formidable texte échevelé joue de l'énigme mythologique qui a présidé à la naissance de Rome. Joyce Mansour nous conte, là, une drôle d'histoire... romaine . La femme y joue un rôle important. Provocante, fascinante, animale, mystérieuse. J. M détourne la légende, la bouleverse au gré de son inspiration. Ce n'est pas "La Dolce Vita" mais un basculement dans le registre trouble de la folie. Cette femme, mère, sauvageonne, un peu sorcière, matrone sculpturale (presque une "Volpina") nymphomane, lubrique et émouvante devient un démon femelle qui défie Mars et Jupiter, toute occupée de son tour de taille à retrouver et de son cher César ! Allégorie onirique proche des univers étranges, comiques et inquiétants de Bunuel et de Fellini. Ce texte hante mon imaginaire de lectrice ... Romulus et Remus... Sacrés jumeaux, demi-dieux nés du commerce d'Ilia avec un être surnaturel. Les voici vagabondant dans les fantasmes de Joyce Mansour. C'est... décapant !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.