« Dominique Sorrente | Écueils | Accueil | Nicole Brossard | Villes d’écho »

18 juin 2011

Commentaires


Poème sculpté à la perfection... Il surgit après une longue gestation, comme ces mégalithes qu'on retrouve après une interminable balade au coeur du maquis, entre deux clôtures de troupeaux en fer barbelé. Une immémoriale chaleur d'ancêtres et d'oubli monte, silencieuse, d'une terre assoiffée de larmes et de douceur toutes
apprivoisées.



Ce n'est pas dans mes habitudes (pour le lien) mais là je me permets :
http://wp.me/pPbSy-gT


Réponse du webmestre : lien rajouté dans l'encadré ci-dessus. Marie-Ange a-t-elle pris connaissance de cette note de lecture ?
cù l'amicizia da u Capicorsu (vous avez des liens particuliers avec Centuri ?)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.