« Ludovic Degroote | un peu plus au bord | Accueil | Isabelle Garron | Suite 4 »

22 juin 2011

Commentaires


Vous lisant, Camille Loivier, en ces neiges de cerisier, me revient une pensée de Roger Munier :
"Par sa douceur, son écart, son rêve obstiné, la femme est une enfance qui n'en finit pas."

Les Eaux profondes, éd. Arfuyen, page 145.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.