« Terres de femmes ― Sommaire du mois de mai 2011 | Accueil | 2 juin 1931 | Naissance de Jacques Garelli »

01 juin 2011

Commentaires


Très belle note de lecture, Sylvie. Intimité jamais atteinte mais tellement intériorisée que son âme devient palpable, saisissable. Quelle énigme... Un signe... Un acte libre de foi, de puissance créatrice. Une écriture rebelle et pure traversant, éphémère, le temps et l'espace. Un accomplissement. Une voix.



Bonjour Christiane, et puisque vous m'en donnez l'occasion, merci à plusieurs titres: pour votre intérêt depuis la Mésopotamie jusqu'à Marguerite Porete - quel lien me direz-vous ? J'y vois l'étrange et absolue modernité de revendiquer ce que, dans leurs avancées, nos sociétés ont appris à refuser : l’imprenable de cette intériorité que vous évoquez, plus avant des origines, comme son instant initial, un lieu voué aux racines, en un mot la part irréductible de l’invisible.
Cordialement,
A vous rencontrer ici ou là, avec plaisir
Sylvie


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.