« Philippe Merlet | Sous tes pas… | Accueil | 8 mai 1972 | Cristina Campo, Lettre à Mita »

07 mai 2011

Commentaires


Un signe comme une fermeture fragile, comme la fin d'un rêve dans ces verts d'eau vive et de sèves profondes. Une parole nue et désolée dans une bouche d'algues et d'ombre. Une paupière close. Un signe qui scelle le silence. Parole muselée. Océan insondable où chavire une étoile. Vendange qui ne sera pas. Un signe comme une île juste pour respirer à la césure des mots. Un signe comme un falot dans une nuit de mort. Un signe réversible car il suffit d'aimer...



Le livre entendu comme un espace de rencontre et d'échanges entre deux expressions , que sont la peinture et la poésie . Merci.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.