« Franck Venaille | Un paysage non mélancolique | Accueil | Nohad Salameh | Les nudités premières »

09 avril 2011

Commentaires


Superbe voix ! je découvre, ainsi que la revue Phoenix qui lui consacre un numéro
Merci chère Angèle



Quelle somptueuse écriture, dans la lignée de ce que le surréalisme a engendré de plus vertigineux sur le fil en dents de scie des montagnes en état de veille. J'y retrouve cette magie majestueuse avec laquelle André Breton a bâti sa demeure terrestre. Sans cette magie invocatoire procédant par associations extrêmes ("tout début naissant de sa fin") la poésie ne serait que rêves vains ou cheminements esthétiques vers une vie "enrêvée"...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.