https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Marc Biancarelli, Vae victis - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Elisa Biagini | Sotto i castagni | Accueil | 18 mars 1929 | Naissance de Christa Wolf »

15 mars 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Angèle, vous écrivez : "Non pas un appel à la rébellion, devenue inopérante, mais appel au réveil intellectuel, au sursaut culturel. Il faudrait désormais se tourner vers ce qui est en mesure de sauver l’île. La culture. Une culture qui ferait la part belle à l’ouverture sur l’ailleurs."

Oui c’est ça en effet, c’est ce que, ensemble, vous, Yves et moi-même tentons de faire sur Terres de femmes !

Quelque part, en 2000, j'écrivais :
[…dépeindre notre avenir non pas tel qu’il est mais tel que je rêve qu’il sera, fervent, coloré, digne, lucide de ses démons anciens, ceux qui par la terreur jadis, ont aboli notre indépendance, celle-là même que nous avions inventée.
Il nous faut maintenant oublier ces veillées éplorées, elles étaient bien trop conformes aux lamentations qui embrasaient l’enterrement de notre culture. Aujourd’hui il faut recouvrer la liberté, pour que chaque matin l’aube dessine la promesse de lendemains meilleurs.
Bientôt la lumière chassera les ombres crépuscules de ces nuits bleues, que dans notre langue nous disons turquoises (turchinu), comme si elle était venue d’un orient méditerranéen d’où le soleil levant prophétiserait un adieu aux armes…]




L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.