« Giorgio Caproni | Quando ti vidi accesa | Accueil | Dominique Maurizi | Dans l’odeur des algues »

08 mars 2011

Commentaires


J'aime beaucoup cette prose poétique, faite d'instants juxtaposés comme des pas, avec un hiatus entre chaque image.
Elytre est un mot que j'aime beaucoup parce qu'il contient dans sa sonorité même, la palpitation douce et saccadée, le léger vrombissement et la douceur de velours mordorée d'un battement précipité d'ailes, un instant prisonnières au creux de la main arrondie en coquillage. C'est un mot que j'ai du cueillir dans Colette, quand j'avais 12 ou 13 ans, et gardé près de moi. Il sert rarement, sauf pour nommer ça et là, pour moi seule, une sensation où un bruit particulier de vie prisonnière qui se débat: un bruit d'élytre.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.