« Luisa Pianzola | Salva la notte | Accueil | Terres de femmes ― Sommaire du mois de janvier 2011 »

31 janvier 2011

Commentaires


Ce Magritte, énigmatique, est très proche du Grand nu de Kupka.

De Magritte je préfère les oeuvres peintes dans les camaiëux de bleu, plus limpides, plus sereines.
Passionnant, néanmoins, de lire comment cette toile a conduit Stella Vinitchi Radulescu vers cette écriture du corps polychrome coulant d'un bleu nominatif.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.