https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Saint-John Perse | Pétrels, nos cils - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
Mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« 12 janvier 1976 | Mort d’Agatha Christie | Accueil | Marie Étienne | La femme dit son premier jour »

Commentaires


Sur l'aile du pétrel, bercée des vents obscurs et des vagues, elle glisse dans ce poème tragique où flamboie l'horizon de la mer natale.
"…Et comme s’inclinait l’immense courbe vers sa fin, à ce très grand tournant de l’heure vers sa rive et vers son dernier port...",
la poète du grand large, l'enfant des îles, rassemblant ses forces, en appelle au glissement de l'aile du pétrel pour jaillir "si légère... matière d'oiseau... à contre-feu du jour, portée jusqu'à l'incandescence" (Oiseaux, 10)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.