https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Dominique Buisset | À rebours - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Rose Ausländer | Augenblickslicht | Accueil | Jean de La Ville de Mirmont, L’Horizon chimérique »

19 janvier 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Comme ce livre est étrange et comme son accès par la lectrice Angèle Paoli devient un parcours initiatique...
Un quadrangle, un carré, une chorégraphie somptueuse. Un épuisement ? Un combat ? Un éblouissement ?
Je pense au livre de Léon Mazzella : La Corrida du 19 avril (Atlantica). Un adieu à sa mère, la lutte d'une femme contre la maladie de la mort. La métaphore du toro qui s'est imposée d'emblée.
"Ta vie est un bouquet de faenas
piquée d'enfants criards
et d'après-midi écrasées de soleil.
Le dernier toro est une écharde.
Laisse-le charger de loin.
Fais-moi confiance..."
Je pense donc à ce grand matador Luis Miguel Dominguin qui donna cette extraordinaire définition de la mort : "La mort est comme un mètre carré qui tourbillonne dans l'arène. Le torero ne doit pas marcher dessus quand le taureau vient vers lui, mais personne ne sait où se situe ce mètre carré. C'est sans doute cela le destin."
(F. Zumbiehl , Des taureaux dans la tête, I, Autrement, page 46.)...




C'est vraiment très intéressant, et le commentaire est superbe



L'objet étudié autant que son commentaire, deux beaux morceaux d'architecture.
Merci.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.